Sunday, November 15, 2015

Pray for Paris








Follow on Bloglovin

Aujourd'hui, j'écris en français, parce qu'aujourd'hui, je ne me vois pas m'exprimer en une autre langue que celle de Molière, Voltaire et les autres. J'ai du mal à croire qu'après les événements de janvier, où j'avais exprimé ma douleur et mon désarroi face à l'acharnement de barbares sur mon blog, déjà, je sois en train de recommencer.

Pourtant je ne suis que blogueuse mode, ni écrivain, ni journaliste, ni rien du tout, mais soudain vient cette envie d'exprimer l'inexprimable, par des mots qui ne servent à rien mais qui me font du bien. 

Car cela aurait pu être vous, cela aurait pu être moi. Oui, cela aurait pu être n'importe qui, et c'est bien là le but de ces attentats : semer la peur et la panique chez des jeunes et moins jeunes qui n'avaient rien demandé. Quel est donc ce monde où le fait de s'attabler à une terrasse de café ou assister à un concert de rock vous ôtent la vie ? Comment continuer à sortir, à rire, à vivre après ça ?

Pourtant, après Charlie Hebdo, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Chacun a repris le cours de son existence, chacun s'est montré fort, combatif, promettant de ne pas oublier...  Et voilà que l'horreur frappe, à nouveau. Je mentirais si je disais que je n'ai pas passé ces deux derniers jours accrochée à Facebook, à BFM Tv, aux réseaux sociaux, en quête des derniers rebondissements, des témoignages, des vidéos. Je mentirais si je disais que je n'ai pas pleuré pour ces gens que je ne connaissais pas, mais dont la mort m'a émue à un point que je n'aurais pu soupçonner. 

J'ai une admiration sans borne pour ces anonymes qui ont décidé d'ouvrir leurs portes, de donner leur sang, d'aider les autres, parfois au péril de leur vie. C'est encore une fois la leçon (si tant est qu'il y en ait une) à tirer de ce malheur : chaque tragédie fait ressortir cette humanité qu'on a tendance à oublier.

Je terminerai ce cri du coeur par une citation de Pierre Desproges : "Le martyre, c'est le seul moyen de devenir célèbre quand on n'a pas de talent". N'accordons à ces barbares que le mépris qu'ils méritent, et concentrons-nous sur l'avenir, qui je l'espère, nous sera plus clément.

Une pensée à toutes les victimes de ces attentats, ainsi qu'à leurs familles, et une pensée à vous toutes qui me lisez, restez prudentes malgré tout, et surtout, surtout, ne vous laissez pas abattre, la France, la démocratie et la liberté vaincront !

Suivez-moi sur Facebook/Bloglovin/Instagram/Twitter

----------------

Today, for the first time, I'm writing this post in French first and not in English, because today, I couldn't imagine not writing in Molière, Voltaire, and Victor Hugo's mother tongue. I can't believe that after January's events, where I had already expressed all my horror and sadness on this blog, I am doing it again...

I'm just a fashion blogger, not a writer, not a journalist, not anything really, but I can't help but want to put words on what's going on, even if no words could be good enough to describe how I feel right now.

Because it could have been you, it could have been me. Yes, it could have been anyone, and that was the point of these attacks : create fear and panic among people. What is this world where sitting at a café or going to a rock concert can cost your life ? How can you go out, laugh, live after that ?

Yet, everyone tried to get back to normal after Charlie Hebdo. We did our best, stayed strong, and we promised not to forget... But the complete horror struck again. I would lie if I told you I didn't spend the last two days on Facebook and social media, looking for news from relatives, and trying to get all the information possible. I'd also lie if I told you I hadn't cried for all those people I didn't even know, but whose deaths have saddened me to an inimaginable point.

I am hugely thankful to all of those who decided to open their doors, donate their blood, help others, sometimes while risking their own lives. If something has to be learned from this tragedy, it's that humanity still exists, and that terrible things bring out the best in people.

I'll finish this post by a quote by Pierre Desproges : "Martyr is the only way to become famous when you don't have any talent". We shouldn't spend too much time thinking about these monsters, and let's focus on the future which, I hope, will be more merciful.

I have a thought for all the victims and their families, et a thought for all of you who read me, please stay safe, and thank you so much for the support the whole world has shown us.

Follow me on Facebook/Bloglovin/Instagram/Twitter

2 comments :

  1. Moi qui ne commente jamais sur ton blog que j'adore, je pense devoir le faire ici.
    Merci pour ces jolis mots Caroline, qui expriment ce qu'on doit tous ressentir en ce moment. Que de tristesse pour ces personnes, mortes - comme tu l'as si justement dit - pour avoir profité de la vie, d'un verre en terrasse, d'un concert, d'un match de foot. Paradoxalement, je ne suis jamais aussi admirative de mon pays que dans ces moments là et je ne me suis jamais sentie aussi fière d'être française. Malgré tout, je sais qu'on traversera ces épreuves avec grâce et respect, et on s'en relèvera comme on l'a fait en janvier.

    Des pensées pour les morts et leurs familles et des bisous à toi Caroline !

    ReplyDelete
  2. I'm happy to see you are safe! I have visited your blog a few times this weekend hoping to see a new post and know you weren't harmed.

    Take care.
    Lots of warm thoughts from Sweden.

    ReplyDelete