I was interview by Maison Yaya, a cute children brand, to tell my story of pregnancy and birth. You can find the original here ! Hope you like it !

Brieux and I have been married since September 2019. We wanted to wait until the end of 2020 before thinking of getting pregnant. We wanted to travel and still enjoy life together. At the beginning of March, I started having some doubts. I had two pregnancy tests which came back negative.

A few days later, lockdown is announced. At the same time, we get sick. A priori of the Covid, but at the time there were no tests so it was difficult to make a precise diagnosis. I panicked, I had pretty strong symptoms unlike Brieux. He had a few days of fatigue but recovered quickly. For my part, I reassured myself that I was not pregnant. Finally, I recover, but a hunch persists. I feel my body different. I decide to take a new pregnancy test. Brieux found this unnecessary since the previous two were negative. And yet … Surprise. Positive! At that point, I was torn between absolute happiness and terror that the Covid had affected our baby : at the time, we did not know anything about this new virus.

The start of my pregnancy was very complicated. I hated lockdown, my first ultrasound was a real nightmare. The sonographer yelled at me and my doubts about the future in this crisis environment were growing in my mind. Not to mention the persistent fear of miscarriage following the contraction of the Covid. But from the third month, my gynecologist assured me that my baby was not risking anything and that everything was going for the best. From that moment on, I was able to live my pregnancy serenely. Everything went (almost) wonderfully until the last month when I started to really panic! I was feeling bad. I felt guilty for not being happier. I didn’t even want to give birth anymore. I was afraid my life would completely change. I wasn’t afraid of childbirth per se but of the aftermath … Fear of not loving my daughter enough. Fear of not being up to it. Afraid of not loving my new life. No one told me that the ‘baby blues’ could break out before birth and that it was perfectly normal to be worried about the arrival of your baby!

At 39 weeks pregnant, I go to the maternity ward for a suspected crack in the water bag. Finally, I go home. It was a false alarm. I am reassured. I still didn’t feel ready to be a mom. The next day, I have my doubts again, I go back to the maternity ward. Still nothing, but I listen to my body, I remain convinced that childbirth is imminent. I then ask to be hospitalized. I did well. During the night, my water pocket cracked. I was on antibiotics to keep my baby and me safe. Less than a day later, the water broke completely. I then begin to feel a tremendous, indescribable pain. These two and a half hours of contractions were intense, animalistic. When, finally, I am told that I can have the epidural, I live again. I have a deep respect for mothers who manage to give birth without anesthesia, for me it would have been unimaginable.

My childbirth was an absolute dream. Really! I could not have imagined a better experience. After only a few minutes of pushes, the gynecologist asked Brieux and me to extend our hand. To slip into the hollow of the latter, that of our daughter. This feeling, this experience of touching her hot little hand before I even see it, I will never forget. It was the most magical moment of my entire existence. Then, the midwife installs Aliénor on me skin to skin. I explode with happiness. All my doubts, all my anxieties fly away. Brieux and I felt a deep and visceral love for our daughter. This stay in the maternity ward was a real cocoon of sweetness. We were on our own!

When I got home, I felt a little baby blues lasting a few days. No sadness, but a surge of emotions, the slightest thing made me cry. Then, we naturally took our marks. In case of stress, I called my mother, a doctor, to reassure us. We were well surrounded. I breastfed my daughter until she was two months old. My experience was mixed. I loved sharing this with my baby … this amazing connection but, it was also incredibly tiring. At night, I had palpitations, I was so exhausted. I was not unhappy to quit, even though I sometimes miss that connection. The advantage with the bottle is that she also shares moments of bonding with her dad. We must take advantage of all these moments of happiness and absolute love!

The hardest part are the nights. Before Aliénor’s arrival, I knew how to deal with the lack of sleep. During my studies, I did many emergency calls, often for 24 hours at a time. With a newborn, it’s another dimension! We reach peaks of fatigue, and at the same time, we find unsuspected resources in ourselves. We must tell young parents that the first month is often very, very difficult, but we can see the end of it. Above all, do not feel guilty. Very easy to say and less to apply, I know, but we moms tend to feel guilty about the smallest thing …

Emotions are hard to deal with when welcoming a child. Between love, fatigue, happiness, anguish… A tidal wave of feelings so powerful that I was afraid of having a baby blues. Fortunately, it didn’t.

We are in a special time. Having your baby in the middle of a pandemic generates additional anxiety. This is why it is essential to convey positive values ​​to our children. I would like to pass so many things on to my daughter. To begin with, I am thinking of feminism. It is very important for me. I would like Aliénor to grow up with these notions of equality. Above all, I want my daughter to be happy, she is the love of my life. That’s all that really matters to me.

J’ai été contactée par Maison Yaya pour raconter mon expérience de grossesse et d’accouchement. Je vous mets ici l’histoire, et retrouvez l’article initial !

Brieux et moi sommes mariés depuis septembre 2019. Nous souhaitions attendre fin 2020 avant de mettre un bébé en route. Nous désirions voyager et profiter encore un peu de la vie à deux. Début mars, j’ai quand même eu quelques doutes. J’ai fait deux tests de grossesse qui se sont avérés négatifs.

Quelques jours plus tard, le confinement est annoncé. Dans la foulée, nous tombons malades. A priori de la Covid, mais à l’époque il n’y avait pas de tests… difficile de poser un diagnostic précis. J’ai paniqué, j’avais des symptômes assez forts contrairement à Brieux. Il a eu quelques jours de fatigue mais s’en est remis rapidement. De mon côté, je me rassurais en me disant que je n’étais pas enceinte. Finalement, je guéris, mais un pressentiment persiste. Je sens mon corps différent. Je décide de faire un nouveau test de grossesse. Brieux trouvait cela inutile puisque les deux précédents étaient négatifs. Et pourtant… Surprise. Positif ! A ce moment-là, je suis partagée entre bonheur absolu et terreur que la Covid ait eu des répercussions sur notre bébé… A l’époque, on ne connaissait rien de ce nouveau virus. 

Le début de ma grossesse a été très compliqué. J’ai mal vécu le confinement, ma première échographie fut un véritable cauchemar. L’échographiste m’a hurlé dessus et mes doutes sur l’avenir dans ce contexte de crise prenaient de l’ampleur dans mon esprit. Sans compter la peur persistante de faire une fausse couche suite à la contraction de la Covid… A partir du troisième mois, mon gynécologue m’a assuré que mon bébé ne risquait rien et que tout allait pour le mieux. A partir de ce moment, j’ai pu vivre ma grossesse sereinement. Tout s’est déroulé (presque) à merveille jusqu’au dernier mois où j’ai commencé à vraiment paniquer ! Je me sentais mal. Je culpabilisais de n’être pas plus heureuse. Je ne voulais même plus accoucher. J’avais peur que ma vie change complètement. Je n’avais pas peur de l’accouchement en soi mais bien de l’après… Peur de ne pas aimer assez ma fille. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur de ne pas aimer ma nouvelle vie. Personne ne m’avait prévenu que le ‘baby blues’ pouvait se déclarer avant la naissance et qu’il était parfaitement normal d’être angoissée par l’arrivée de son bébé !

A 39 semaines de grossesse, je pars à la maternité pour une suspicion de fissure de la poche des eaux. Finalement, je rentre chez moi. C’était une fausse alerte. Je suis rassurée. Je ne me sentais toujours pas prête à être maman. Le lendemain, j’ai de nouveau un doute, je retourne à la maternité. Toujours rien, mais j’écoute mon corps, je reste persuadée que l’accouchement est imminent. Je demande alors à être hospitalisée. J’ai bien fait. Dans la nuit, la poche des eaux s’est enfin fissurée. Je suis mise sous antibio pour que l’on soit en sécurité mon bébé et moi. Moins d’un jour plus tard, la poche se rompt complètement. Je commence alors à ressentir une douleur énorme, indescriptible. Ces deux heures et demi de contractions ont été intenses, animales. Quand, enfin, on m’annonce que je peux avoir la péridurale. Je revis. J’ai un profond respect pour les mamans qui arrivent à accoucher sans anesthésie, pour moi cela aurait été inimaginable.

Mon accouchement fut un rêve absolu. Vraiment! Je n’aurais pu imaginer une plus belle expérience. Après seulement quelques minutes de poussées, le gynécologue nous a demandé à Brieux et moi de tendre notre main. Pour glisser au creux de ces dernières, celle de notre fille. Cette sensation, cette expérience de toucher sa petite main toute chaude avant même de la voir, je ne l’oublierai jamais. Ce fut le moment le plus magique de toute mon existence. Ensuite, la sage femme installe Aliénor sur moi en peau à peau. J’explose de bonheur. Tous mes doutes, toutes mes angoisses s’envolent. Brieux et moi avons ressenti un amour profond et viscéral pour notre fille. Ce séjour à la maternité a été un véritable cocon de douceur. Nous étions sur notre petit nuage !

De retour à la maison, j’ai ressenti un petit baby blues de quelques jours. Pas de tristesse, mais un déferlement d’émotions, la moindre chose me faisait pleurer. Puis, nous avons naturellement pris nos marques. En cas de stress, j’appelais ma mère, médecin, pour nous rassurer. Nous étions bien entourés. J’ai allaité ma fille jusqu’à ses deux mois. Mon expérience fut mitigée. J’ai adoré partager cela avec mon bébé…Cette connexion incroyable mais, c’était aussi incroyablement fatiguant. La nuit, j’avais des palpitations tellement j’étais épuisée. Je n’ai pas été malheureuse d’arrêter, même si parfois ce lien me manque. L’avantage avec le biberon, c’est qu’elle partage aussi des moments de complicité avec son papa. Il faut profiter de tous ces moments de bonheur et d’amour absolu ! 

Le plus dur, ce sont les nuits. Avant l’arrivée d’Aliénor, je savais gérer le manque de sommeil. Au cours de mes études, j’ai effectué de nombreuses gardes aux urgences, souvent pendant 24 heures d’affilées. Avec un nouveau-né, c’est une autre dimension ! On atteint des sommets de fatigue, et en même temps, on trouve des ressources insoupçonnées en soi. Il faut dire aux jeunes parents que le premier mois est souvent très, très difficile, mais qu’on en voit le bout. Il ne faut surtout pas culpabiliser. Très facile à dire et moins à appliquer, je sais, mais nous les mamans avons tendance à culpabiliser pour la moindre chose… 

Les émotions sont dures à gérer quand on accueille un enfant. Entre amour, fatigue, bonheur, angoisse… Un raz de marée de sentiments si puissants que j’avais peur de faire un baby blues. Heureusement, ça n’a pas été le cas.  

Nous sommes dans une époque particulière. Avoir son bébé en pleine pandémie génère des angoisses supplémentaires. C’est pourquoi il est primordial de véhiculer des valeurs positives à nos enfants. J’aimerais transmettre tellement de choses à ma fille. Pour commencer, je pense au féminisme. C’est très important pour moi. J’aimerai qu’Aliénor grandisse avec ces notions d’égalité. Je souhaite avant tout que ma fille soit heureuse, elle est l’amour de ma vie. C’est tout ce qui m’importe véritablement.